Home Edizione 2006 Contatti Link Mappa


 
icona  La mostra in francese

Le groupe connu sous le nom de “Bronzes dorés de Cartoceto de Pergola” est un des très, très rares examples de grands groupes de sculptures équestres en bronze, d’époque Romaine, survécus jusqu’à nos jours. 

Leur majesté les rende comparables à la statue de l’ Empereur romain Marc Aurèle, qu’on trouve à Rome et aux “Chevaux de Saint Marc” à Venise. Ces deux groupes, tels que ce-lui de Cartoceto, (qu’on peut maintenant admirer ici à Montréal), sont rendus plus précieux par leur revêtement doré.

gruppo-bronzi-dorati.jpgCeux Bronzes furent retrouvés en 1946, par hasard, pendant des travails fermiers en localité Sainte-Lucia de Calamello. Ce-ci est un petit village, près de Cartoceto, dans la division territoriale de Pergola. Ce commune fait partie de la province de Pesaro et Urbino, la plus au Nord de la Région des Marches (cela pour vous donner une petite note géographique).

Les fragments, probablement le résultat d’un ancien pillage, étaient accumulés dans une fosse pas trop profonde, creusée  exprès dans le terrain, avec l’intention de réutiliser le métal. Il n’y avait donc aucun contexte archéologique attaché a cette découverte. Les morceaux étaient déjà destinés aux marchés d’antiquités.

Qu’ils furent récupérés ce fut grâce au zèle et à la prévenance du Professeur Nereo Alfieri, à ce temps-là Inspecteur de la Direction générale des Beaux-Arts. Le pieces furent transportés aux Musée National d’Archéologie des Marches, en Ancone, où aujourd’hui on trouve une réplique identique à l’original et un group statuaire réconstruit comme ils devaient être en origine.

La première restauration du group a eu lieu entre 1948 et 1959 (mille neuf cent quarante-huit et mille neuf cent cinquante-neuf), avec les critères connus à ce temps, pas trop appropriées. Par la suite entre 1975 et 1986 (mille neuf cent soixante-quinze et mille neuf cents quatre-vingt-six) le group fut restauré près du Centre de restauration de la Direction générale des Beaux-Arts de la Toscane, avec technologies modernes et critères scientifiques courants.

bronzi11.jpgCes études comprenaient les analyses archéo-métriques très soigneuses, et ont apporté la publication simultanée de l’édition de la restauration elle même et de l’examen historique et artistique du group statuaire. Ce groupe est exposé depui 1999 (Mille neuf cent quatre-vingt-dix-neux) dans le Musé des Bronzes Dorés et de la ville de Pergola” grâce à l’entente entre le “Ministère des Biens et des Activités culturelles” et la “Direction générale des Biens Archeologiques” des Marches.

Le groupe est composé par deux figures féminines voilées et deux chevaliers en uniforme d'officier haut gradé sur des chevaux richement décorés. Le tout en schéma symétrique et spéculaire à mouvement pyramidal. La figure masculine, la mieux conservée, tient le bras droit levé dans le geste typique de l’ adlocutio ou de l'adventus. Il a l’apparence d’un homme d’âge, tel que temoigné par le début de calvitie et le visage aux traits vécus.  L’homme est assis sur un gros cheval, richement décoré. De l’autre figure équestre ils nous restent seulement des fragments: les jambes de l’homme avec chaussures patriciales, un bras fragmentaire dans la même pose que l’autre chevalier, ainsi que la tête, les jambes et autres parts du corps du cheval.

Une des deux figures féminines est presque dans un état complet. Elle présente une dame agée, avec le visage aux traits marqués et austères, recouverte d’un manteau et voilée. Ses vêtements, sa pose et la présence très significative d’une particulier genre de bague témoignent sa noblesse  et son haut rang. De la deuxième figure féminine, nous reste seulement la section inférieure du corps.

bronzi10.jpgÀ l’origine elle était probablement habillée et posée d’une façon similaire. Le group est une precieuse témoignage historique de celle particulière politique adoptée à partir de la fin de la période Républicaine, pendant toute la période impériale, qui prévoyait l'utilisation d'images monumentales pour propagande et afin de souligner le pouvoir des grandes familles romaines.

Les premières études attribuaient le groupe représenté dans une iconographie qui en caracterise un haut lignage à la première époque impériale (commencement du I siècle a.C.), en identifiant les personnages avec des membres de la famille Giulio-Claudia, en particulier la figure féminine avec Livia, épouse de Auguste et les figures masculines avec Nerone Cesare, fils de Germanico et son frère Druso, les deux victimes de Seiano, régent de Tiberius. Selon une théorie récente, plus vraisemblable, les "Bronzes Dorés" pourraient être datées en premièr siècle avant Jesus Christ, entre l’age de César et l’age de Auguste (50 cinquante- trente 30 avant Jesus Christ) et ils représentaient les membres d'une importante et noble famille d’origine du territoire de la Région des Marches.

Les sculptures en bronze de grands formats étaient bien aimées par les gens de l’antiquité, particulièrement par les romains. Les besoins individuels des hommes à travers les siècles sont la raison pour laquelle aujourd’hui le nombre d’anciens bronzes en existence est très limité. La majorité des scultures donc qui ont survécu sont ces-là qui ont été enterrées – tel que les Bronzes de Cartoceto - ou ces-là qui sont disparues dans la mer. Les retrouver a donné à l’archéologie l’opportunité de les étudier et les restaurer.